Communication

Conflits : communiquer de façon assertive

Question de Christine M., secrétaire médicale, Lyon.

Bonjour,

Je me sens complètement démunie face à ce que je vis actuellement avec mon mari. Je ne trouve plus d’autre solution que de me séparer de lui. Nous sommes installés dans une routine qui me tue à petits feux. Il ne prend jamais d’initiatives alors que je lui propose souvent des choses à faire ensemble. Il ne bouge pas, préférant rester devant la télé, et quand j’en ai assez, je lui en fais la remarque. Et là, c’est le conflit. Encore et toujours. Il ne m’écoute jamais, alors j’entre dans une colère noire, je crie et il finit par partir en claquant la porte. On s’ignore pendant des jours et des jours. Je ne supporte plus de vivre ainsi mais je veux être sûre d’avoir tout essayé avant de prendre cette lourde décision. D’avance merci.

Ma réponse :

Bonjour Christine,

Je vous remercie de votre confiance et c’est avec grand plaisir que je vous donnerai quelques pistes. Cependant, notez tout de même qu’il est plus raisonnable de se faire accompagner par un professionnel des relations humaines tel un coach ou un thérapeute, l’idéal étant que vous fassiez cette démarche accompagnée de votre mari.

Dans un premier temps, vous exprimez un besoin de faire des choses avec votre compagnon. Les besoins doivent être répondus, au risque de vivre dans une frustration permanente jusqu’au point de rupture : il est donc très important de les identifier pour pouvoir les satisfaire de façon constructive pour soi, les autres et son environnement.

Les émotions quant à elles sont les signaux vous permettant de mettre des mots sur vos besoins (et valeurs) selon qu’ils soient satisfaits, ou non : joie, colère, tristesse, peur, dégoût, surprise, amusement, mépris, satisfaction, gêne, excitation, culpabilité, fierté dans la réussite, soulagement, plaisir sensoriel et honte sont les émotions de base dont toutes les autres déclinent*.

Prenez une feuille, un stylo, et posez-vous quelques questions :

  • Quelles émotions est-ce que je ressens ?
  • De quoi j’ai besoin pour me sentir bien dans mon couple ? Qu’est-ce que mes émotions viennent me dire ?
  • Ça veut dire quoi, pour moi, « faire quelque chose ensemble » ?
  • C’était quand, la dernière fois qu’on a fait quelque chose ensemble ? Qu’est-ce qu’on a fait ? Comment cela s’est-il passé ? Qu’avons-nous partagé ? Qu’est-ce qui a fait que mon compagnon ait accepté de « bouger » ?

Prenez le temps d’aller jusqu’au bout de votre réflexion et de POSER les mots.

Vous évoquez des conflits. Il est parfaitement normal d’avoir des divergences, étant tous uniques et différents. Le véritable problème est notre manière de les exprimer.

Dans notre société, nous n’avons pas appris à parler de nous-mêmes, et dès que quelque chose ne nous convient pas dans une relation, on a tendance à pointer l’autre du doigt : c’est de sa faute.

Nous lui exprimons alors notre frustration comme nous l’avons toujours fait : par des reproches, des accusations, parfois des cris, voire de la violence, ou encore en se taisant pour éviter le conflit (ce qui ne règle rien). Dans tous les cas, cela peut finir par avoir des conséquences graves (violence physique, difficultés relationnelles, problèmes de confiance en soi, culpabilité, dépression…la liste n’est pas exhaustive)

Je vous propose aujourd’hui une méthode très efficace pour communiquer de manière responsable et assertive : la Communication Non Violente (CNV)

Elle a été imaginée et crée par le docteur en psychologie clinique Marshall B. Rosenberg.

Cette méthode part de deux postulats :

  • Tous les êtres humains ont des besoins fondamentaux semblables (besoins physiologiques comme boire ou manger, besoins de sécurité comme avoir un toit sur la tête, besoins d’appartenance comme faire partie d’une famille ou d’un groupe,  besoins d’estime comme être aimé et reconnu, besoins de réalisation…)
  • Chacun est naturellement capable d’accéder à un état de compassion et de montrer de la bienveillance à l’égard de ses propres besoins et de ceux de ses semblables.

Cette méthode permet de s’exprimer dans le respect de soi et de l’autre tout en étant tourné sur des solutions constructives et des demandes claires. Elle permet également de répondre à une critique, là aussi dans le respect de soi et de l’autre.

Pour qu’elle fonctionne, il est nécessaire de parler en JE plutôt qu’en TU (le TU tue), et de suivre ces 4 étapes dans l’ordre :

  1. Observations
  2. Sentiments / Emotions
  3. Besoins / Valeurs / Désirs
  4. Demande claire

Observations : Vous voulez faire part d’un comportement concret qui affecte votre bien-être à votre compagnon : veillez absolument à vous en tenir aux faits objectifs.

Supprimez les parasites de jugement et d’interprétation du type « tu n’es qu’un égoïste », « c’est toujours la même chose avec toi ! »

En effet, les mots comme « toujours », « jamais », « tout le temps », « chaque fois » établissent des généralités, jugent et accusent l’autre qui mettra plus volontiers son énergie à se défendre et à retourner des accusations, qu’à écouter son interlocuteur.

Exemple : « C’est toi l’égoïste qui veut toujours qu’on fasse ce que tu aimes ! Au moins, quand je regarde la télé, je suis tranquille, il n’y a personne pour me déranger ! » : c’est l’escalade des justifications, accusations et autres violences verbales.

Cela marche aussi dans l’autre sens : pour répondre à la critique, il s’agit de rester concentré sur les faits objectifs et les observations que votre interlocuteur ne sait pas exprimer clairement : « Auxquels de mes actes fais-tu référence ? »

Sentiments / Emotions : Parlez de vous et de ce que vous ressentez : en faisant cela, vous inspirez de l’empathie à l’autre qui sera alors disposé à écouter ce que vous avez à lui dire. D’une part, cela vous permettra de mettre un nom sur ce qui se passe en vous pour l’exprimer. Et d’autre part, votre compagnon saura précisément ce que vous ressentez.

Pour répondre à la critique, il s’agit de d’aider votre interlocuteur à identifier ses émotions : « Que ressens-tu ? »

Besoins / Valeurs / Désirs : Reliez votre émotion à vos besoins / valeurs / désirs non satisfaits, vous apprendrez ainsi à gérer vos émotions et permettrez à l’autre de comprendre ce qui vous manque.

Pour répondre à la critique, il s’agit d’aider votre interlocuteur à identifier ses besoins, valeurs ou désirs : « De quoi as-tu besoin ? Qu’est-ce qu’il te manque ? »

Demande claire : On a tendance à penser que l’autre est sensé(e) comprendre ce qu’on attend concrètement de lui/d’elle. N’oubliez pas une chose : ce qui est évident pour vous ne l’est pas nécessairement pour l’autre, et vice versa ; d’où l’importance d’être au plus clair.

Pour répondre à la critique, il s’agit d’aider votre interlocuteur à clarifier sa demande : « Qu’est-ce que tu aimerais que je fasse pour contribuer à ton bien-être ? »

Voilà ce à quoi pourrait ressembler une communication non violente (ce n’est qu’un exemple, à vous d’y mettre vos propres mots) :

Quand je te propose de faire des choses et que tu préfères rester devant la télé, je me sens en colère / triste / j’ai peur (à vous d’identifier votre émotion) parce que j’ai besoin de bouger de cette routine qui me tue à petits feux. Accepterais-tu d’imaginer un planning avec des dates où l’on prévoie de faire des choses tous les deux ? »

Si sa réponse est positive, profitez-en pour définir au mieux votre organisation commune : quand, quoi, comment, où, avec qui, etc.

Si la réponse est négative, acceptez-la : il en a parfaitement le droit. Pensez bien que c’est à votre proposition qu’il dit non, et pas à vous en tant que personne. Demandez-lui quels sont ses besoins dans votre couple. C’est une belle occasion de faire le point ensemble et d’écouter ce que l’autre a à dire dans la bienveillance et l’empathie en suivant les quatre étapes de la CNV.

Le conflit est une opportunité de grandir ensemble, à condition que l’on en tire les enseignements et qu’on les mette en application.

La communication non violente, comme tout, demande de l’entraînement : plus vous vous exercez, plus elle fera partie de votre communication naturelle. Elle fonctionne dans les relations de couple, mais également dans tout type de relations humaines telles que la famille, le travail, les amis…

Essayez, vous verrez, c’est magique ! Je vous souhaite un bon succès 🙂

* Selon les études de Paul Ekman, psychologue américain.

Yasmine Amari

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *